AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  

 

 A nos souvenirs.

Aller en bas 
Auteur
Message
Voir le profil de l'utilisateur
Maybelle Callahan
Professeurs
Date d'inscription : 04/10/2018
Messages : 90
Célébrité : Zoé Kravitz.
Pseudo & crédit : Moon stone & Schizophrenic.
Multi-compte : Megan Covey.
Points : 12
. ☾ . full dark // no stars
MessageSujet ☆ A nos souvenirs.   
le sujet à été posté Ven 28 Déc - 16:49

Comme souvent j’aimais me retrouver dans la nature et pas parce que j’étais un loup, bien entendu c’est sûr qu’en étant un loup on aime la nature, mais j’avais mon côté chamane. Le besoin de me retrouver dans la nature, j’avais tout ce qui fallait dans la nature pour me procurer de nouveaux produits afin de concocter des potions que ce soit pour les autres ou bien juste pour moi. J’aimais, parfois, en prendre et cela me donnait comme des sortes de vision.

Je pouvais remercier ma mère pour cette sorcellerie. Bien entendu, je n’étais pas considérée comme une sorcière à part entière dans le monde surnaturelle et à l’école, je ne faisais partie qu’une des nombreuses branches d’ésotérismes. J’étais souvent seule et cela ne me dérangeai pas, même en étant élève je l’avais été. J’étais de nature solitaire et je n’avais que peu d’amis, mais je ne m’en portais pas plus mal au final. Bref, les cours étaient terminés et j’avais corriger les devoirs de mes élèves donc j’avais tout mon temps.

Bien sûr j’aurais pu le passer à boire un verre tranquillement avec du monde, mais j’avais besoin de me ressourcer, de méditer et me retrouvais avec la nature. J’étais une vraie sauvageonne, j’étais plus faîte pour vivre dans les bois que dans des maisons et encore moins des châteaux. Il est vrai que je m’étais posé la question de revenir auprès de la meute et de ma mère à la fin de mes études. Mais tout ne se passa pas comme prévue.

Déjà je ne connaissais personne, j’étais gamine quand j’avais quitté ma meute, je me sentais à part, les autres membres de la meute n’avait pas spécialement eu besoin d’être éduqué dans une école spécialisée car il apprenait directement au sein de la meute et de l’alpha. J’aurais aimé faire cela, sauf qu’il n’y avait pas que le gêne de loup dans mon sang. J’étais nettement plus forte, plus dangereuse qu’un loup lambda et qu’un chamane lambda également.

Bref une fois arrivé au plein cœur de la nature, je m’installais par terre, en tailleur au milieu des arbres et des fleurs, et je commençais à fermée les yeux, je voulais me poser, entendre le silence afin de me concentrée et de laisser mon esprit vide. C’était primordiale pour commencer une séance. Toutefois, au bout de quelques minutes je sentis une présence.

Rien qu’à l’odeur, je sentis que c’était un loup. Je gardais les yeux fermés, je reconnaissais cette odeur, l’odeur de mon enfance, de mon chez moi. C’était Nemo, le nouveau garde-chasse de l’école, anciennement alpha de la meute d’où j’étais. Je n’avais pas réellement compris ce qu’il s’était passé, j’avais reçu vaguement un courrier de ma mère m’expliquant vite fait et aussi m’informant qu’elle préférait se recueillir seule dans la nature pour se retrouver avant de retrouver une autre meute.

Le silence continuait « Tu veux quelque chose ? » Lui demandais-je toujours les yeux fermés. Voulait-il un truc ou juste faire son curieux, je ne savais pas. Cela lui faisait peut-être de la peine, j’étais désormais un souvenir constant de son ancienne vie et de tout ce qu’il avait perdu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nemo MacGregor
Personnel de l'école
Date d'inscription : 29/10/2018
Messages : 5
Célébrité : Jason (savage) Momoa
Pseudo & crédit : Karma & Stolas
Multi-compte : Nop.
Points : 3
. ☾ . full dark // no stars
MessageSujet ☆ Re: A nos souvenirs.   
le sujet à été posté Lun 14 Jan - 17:41

A nos souvenirs.
Maybelle & Nemo

« Your loved me and I froze in time, hungry for that flesh of mine but I can't compete with the she-wolf, who has brought me to my knees. What do you see in those yellow eyes ? 'Cause I'm falling to pieces»
Tout en haut dans le ciel le soleil rayonnait de ses rayons qui semblaient dénudés de toute chaleur à cause de se froid hivernal que propager mère nature durant cette saison. Période de l'hibernation pour beaucoup d'animaux et pour l'être humain aux prémisses de son évolution, tu parcourais la forêt endormis en te délectant du silence qui il régnait. C'était si reposant, si calme. Apaisant. Et comme d'habitude tu effectuais ta ronde habituelle en parcourant celle-ci veillant à ce qu'aucun élève ne s'y aventure. Tu en profitais en même temps pour poser ton esprit, pour réfléchir au déroulement de ta vie éternelle qui te pesait sur les épaules. Tu étais maudit, par une chamane puissante et ses ancêtres qui voulurent arrêter ta folie des grandeurs. Porteur de la marque de Caïn sur tes côtes, rien ne semble d'offrir le dernier baiser de la mort bien que pourtant tu avais essayé diverses méthodes visant à mettre fin à tes jours mais, tu finissais toujours par revivre. Douloureusement, grattant comme un chien enragé les premières fois qu'on te mettait sous terre. Tu mourrais et réssuciter à chaque fois. Ressentant alors toute la souffrance qu'on pouvait t'offrir sans en ressentir la satisfaction et ce fût il y a des siècles qu'un bien étrange médium t'a prédis une prophétie qui s'était alors imposé en même temps que ta malédiction. Chaque siècle les trois destinées mettront sur ta route une âme-soeur si tu viens à rencontrer celle-ci et qu'elle arrive à percer ton cœur de glace, en te faisant ressentir de l'amour alors, enfin tu mourras. Car, voilà la clé de ton maléfice : Lorsque tu viendras à conquérir ce qu'il y a de plus précieux en ce monde alors, tu en seras libéré à l'image des valeurs que tu n'acceptais pas jadis. La faiblesse. Au départ tu n'avais pas saisi l'importance de ce que venais de faire la sorcière, tu l'a sous-estimé et c'est avec horreur que tu as vu les siècles défilés. Tu as vécu mille et une vie, toujours avec la même identité et pourtant tu n'es personne.

On se souvient jamais de toi. Jamais. La mort emportant alors sur son passage les souvenirs dans lesquels tu figures car éventuellement, l'immonde garce qui t'as maudis n'as pas fait les choses à moitié et pour te condamner à cette vie il a bien fallut un sort sacrificiel. Elle avait dû ôter la vie pour te maudire. Pas une mais, plusieurs dont toi. Cette fameuse nuit quatre sorcières avaient dû se sacrifier pour le "bien" commun et pour que le maléfice perdure quatre nouvelles devaient se sacrifier chaque lune de sang qui ferait son apparition t'entraînant alors dans une nouvelle mort ainsi qu'un nouveau recommencement. C'est là que cette foutue chamane avait été beaucoup trop intelligente elle t'avait cerné si bien qu'elle avait fait ta malédiction à ton image, à l'époque tu recherchais le pouvoir, l'as renommé, l'admiration et la force d'une nation. Elle avait fait de toi un paria anonyme que même le monde ne prend pas en compte. Celui sur qui on ne parie pas, on ne pense pas et qu'on dénigre par peur. Mais, tu l'avais cherché et tu le savais patiemment. Tu récoltais uniquement ce que tu avais semé et logiquement n'importe qui aurait sûrement compris de ses actes et évoluer. Pas toi. Non toi, tu avais préféré accuser le monde entier que d'avouer qu'au fond le problème était toi. Et c'était pourtant si clair comme de l'eau de roche, depuis ta chute tu n'avais jamais plus intégré de meute. Tu savais où tu voudrais les conduire et tu savais que tu pourrais les forcer à le faire. Tu étais ambitieux, intelligent et stratégique. Tu étais un élément fort pour une meute, mais tu les conduirais à leurs perditions. Ca c'est d'ailleurs produit il y a d'ailleurs quelques années, dans ta quête de solitaire tu as rencontré une chamane, elle était affreusement belle, terriblement douée et différente. Elle avait ce petit quelque chose que tu n'avais jamais trouvé ailleurs chez une autre femme, elle avait une très bonne influence sur toi, elle t'avait hissé sur des voies sages et aurait pu faire de toi quelqu'un de bien. Cependant, si elle faisait ressentir le meilleur de toi-même toi, tu faisais ressortir le pire d'elle. Tu lui pompais tellement d'énergie, ton comportement était si néfaste. Tu l'avais isolée, éloigné de tout ce qu'elle pouvait y porter intérêt, elle était à toi. La liberté n'était plus qu'un mot pour elle et tel un serpent qui se mord la queue, le cercle vicieux recommencé. Pouvoir. Conquête. Royaume.

Elle est partie. Elle et sa fille qui n'était peut-être pas le fruit de votre relation mais, qui avait su a sa manière adoucir le monstre que tu es. Tu y repenses en t'enfonçant un peu plus dans les bois-là ou l'odeur que tu as commencé à sentir à la lisière se fait plus forte. La même odeur que cette gamine que tu as vue pour la dernière fois, te lançant un dernier regard avec de monter sur le bateau en tenant la main de sa génitrice. Un tas de souvenirs défilés dans ta tête et pourtant ce ne fût qu'un seul qui t'avais marqué considérablement. Le côté moitié chaman de l'enfant l'empêcher de ce transformé en loup-garou à volonté malgré qu'elle en soit un de naissance. La magie l'empêcher. Et elle avait toujours les mêmes étoiles plein les yeux lorsqu'elle voyait les membres de sa meute se transformer et parfois tu t'aimais à croire qu'en réalité ce n'était rien que pour toi, tu aimais particuliarement être sous ta forme animal avec elle, tu pouvais jouer des heures avec elle et la laissais passer ses doigts dans ta fourrure crème. Tu lui avais offert une proximité avec ta personne que même sa mère peignait à avoir. Elle était à part. Tenue loin de toi depuis des années c'était la dernière fois que vous vous êtes vus, jusqu'à aujourd'hui. Le destin ayant décidé que ça serait apparemment drôle de vous faire bosser au même endroit. Il est vrai que depuis l'instant où tu l'avais reconnue à la rentrée, tu avais plus passé ton temps à l'éviter qu'à engager la conversation avec elle. Par peur, fierté et tant d'autres chose. Tu ignorais si sa mère lui avait raconté toute l'histoire ou seulement des brides, son image de toi était-elle toujours intacte ou s'était-elle brisée ? Tu n'avais pas prévu spécialement de tomber sur elle aujourd'hui mais, lorsque les prémices de son odeur s'étaient infiltré dans ton flair tu n'avais pas pu résister. Tu t'étais laissé guidé.

La pupille qui scintille devant
la Terre qui s'embrase.


Finalement tu aperçois enfin sa silhouette se dessiner devant toi à l'horizon, dans une position spécifique elle semble faire ce que sa propre génitrice faisait. Ce qui de ce fait ne te surprend pas, avançant lentement pour ne pas la surprendre c'est finalement la jolie métisse qui le fait en te posant une question sans pour autant bouger d'un poil. Tu t'arrêtes alors l'observant plus intensément tandis que dans ta tête ça s'bouscule. Tu étouffes un ricanement avant de faire quelques petits pas de plus, qu'elle soit assise au sol ne fait qu'accentuer votre différence de taille déjà de base importante. Là tu as carrément l'impression que tu es un géant, si un courant d'air trop fort surgit tu n'es pas sûre qu'elle survivrait au poids de son corps. Un sourcil sarcastique se lève tandis que tu brises le silence de ta voix grave.

« - Les chiens ne font vraiment pas des chats n'est-ce pas ? Demandes-tu avec un sarcasme assez prononcé avant de continuer plus légèrement, Pas particulièrement. »

Réponds-tu simplement alors que ton regard ne quitte pas le visage concentré de la brune, elle avait l'air si détachée de tout. Et lentement un blanc s'installe, inévitable tu le savais déjà à cause des bagages encombrants de votre passé en commun que vous tirez derrière vous. Tu l'avais vu grandir quelques années avant qu'elle ne disparaisse avec sa mère, elle avait continué à grandir admirablement bien et à présent elle était quelqu'un que tu ne connaissais pas. Ou plus du moins. Elle n'était plus une gamine et un fossé s'est alors installé entre vous. Ca te déranger et pourtant tu ne savais pas comment t'y prendre pour briser la glace ou quoi que ça soit d'autre alors tu fais ce que tu sais faire de mieux : attaquer.

« - Je tiens juste à rappeler que le couvre-feu de la forêt est valable aussi pour les professeurs. J'ignore ce que tu peux bien faire si tard même si j'ai ma petite idée mais, à l'avenir fait attention. »

Parce que oui dans tes nuits seul face au monde, lorsque tu te réfugiais dans la forêt parfois sous ta forme animale, tu voyais la jeune professeur s'aventurer à l'intérieur de celle-ci. Si tu étais vraiment un gars professionnel tu ne la laisserais pas faire, le but de ton travail étant de faire en sorte de garder le domaine en sécurité et protéger la forêt. Son peuple étant tellement variée et instable, qu'elle en était dangereuse. Ainsi la mi-louve mi-chamane se mettait en danger en rôdant dans ce territoire ainsi, mais tu n'avais pas la force de la chasser de là. Tu la connaissais un peu pour savoir qu'elle était loin d'être une jeune donzelle en danger. Au contraire elle était le danger. Puis soudainement tu te dis que peut-être que tu n'aurais dû pas dire ça car ça a pu la froisser ou un truc du genre alors tu te dis que tu pourrais te rattraper en l'emmenant dans un petit coin de la forêt que tu as découvert. Ne tardant pas alors à exprimer ce que tu penses, tu reprends la parole.

« - Y'a un endroit sympa pas loin pour faire ce genre de truc de chamane, j'dois allez y faire un tour pour vérifier..»

Tu appuis ton regard sur son visage continuant alors lentement ton chemin, ce n'était pas une invitation explicite, mais une à peine souffler, silencieuse. Elle avait à présent le choix de te suivre ou non, tu pourrais lui montrer la voie de tant de choses et pourtant tu ne le veux qu'à moitié. Tout comme sa personne. Puisque même après toutes ses années, toutes les frasques et les larmes il y avait ce lien. Invisible, cet aimant qui t'attirer vers elle et te repoussais en même temps. Tu souffles légèrement tandis que ton regard se braque de nouveau devant toi, ton flair concentré pour intercepter la réponse de la jeune femme pendant que tu freins l'indifférence. À nos souvenirs qu'on maudit.  
(c) DΛNDELION

_________________


So have you got the guts ?
The hellhound I've dreamt about you nearly every night this week, how many secrets can you keep ? Cause there's this tune I found that makes me think of you somehow and I play it on repeat.
Revenir en haut Aller en bas
 
A nos souvenirs.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Blog] Souvenirs, souvenirs......
» Loup solitaire et souvenir de jeunesse
» La Guerre D'indochine : L'enlisement - L'humiliation - L'aventure...
» [CR de Nantes] Photos souvenir
» Soirée souvenirs avec Jucart P@rfum et lekissdu27200 !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Beautiful Disaster :: Upgrade :: Jardin d'Arthémis :: Forêts-
Sauter vers: